9 novembre 2021
Initiatives et réalisations maskoutaines
Comment Bâtir une équipe gagnante, selon Guy Bourgeois
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

Entrepreneur et conférencier, le Maskoutain Guy Bourgeois vient de lancer un nouveau livre de motivation, Bâtir une équipe gagnante, qu’il cosigne avec le réputé entraîneur de hockey Bob Hartley. Photothèque | Le Courrier ©

Après avoir fait équipe avec Josée Lavigueur et Isabelle Huot pour la série de livres Kilo Cardio il y a quelques années, l’entrepreneur et conférencier maskoutain Guy Bourgeois s’est trouvé un nouveau coéquipier en l’entraîneur de hockey Bob Hartley, avec qui il vient de lancer Bâtir une équipe gagnante, un livre axé sur la façon de devenir un bon « coach », autant au travail que dans le sport.

Leur route s’était croisée il y a une dizaine d’années lorsque Bob Hartley s’est joint à l’équipe de conférenciers de Formax, une entreprise fondée par Guy Bourgeois. Celle-ci regroupe plus d’une quarantaine de conférenciers. Dès leurs premières rencontres, une chimie s’est installée entre les deux, si bien qu’ils sont rapidement devenus bons amis. Naturellement, l’idée de ce livre a suivi et la pause forcée par la pandémie leur a permis de concrétiser ce projet.

« Ça fait depuis 2015 que ce livre est dans les cartons, mentionne Guy Bourgeois en entrevue avec le journal. Bob et moi, on voulait écrire un livre ensemble parce qu’on partage pas mal la même philosophie et on a fait des conférences ensemble sur le même sujet. […] On trouve qu’on a le même langage, les mêmes valeurs et la même vision des équipes, donc on a décidé d’écrire le livre au “nous”, même s’il y a des bouts qui viennent de lui et d’autres de moi. »

Avec Bâtir une équipe gagnante, le duo d’auteurs souhaite donner aux dirigeants des outils pour améliorer les performances de leur équipe, peu importe le domaine.

« La mission principale d’un dirigeant, ce n’est pas que lui réussisse [personnellement]. Sa mission, c’est d’amener son équipe à réussir et, se faisant, il va réussir aussi », philosophe Guy Bourgeois, dont l’objectif est de « développer le potentiel humain dans l’aspect du travail ».

La réussite d’une équipe passe souvent par le climat qui y règne, poursuit-il. « On entend beaucoup parler dans les médias de climats de travail toxiques, des gens qui ont quitté leur poste à cause de ça. De plus en plus, les employés vont se plaindre de ce climat toxique. Ça ne vient pas uniquement des dirigeants, ça peut venir des employés aussi, mais les dirigeants ont un rôle à jouer là-dedans. »

Selon lui, plusieurs dirigeants pris dans ces situations ont de bonnes intentions, mais n’ont simplement pas l’approche adéquate pour mettre à profit le potentiel de leur équipe.

« On n’apprend pas à l’université comment diriger du monde. On apprend à aligner des chiffres dans des colonnes pour que ce soit écrit en vert plutôt qu’en rouge, on apprend à organiser des procédés et de la production, mais pas à gérer du monde. Donc des gens avec de la bonne volonté arrivent à la direction de l’entreprise et croient que c’est en criant fort et en étant rigide et ferme qu’ils vont obtenir la collaboration des gens, alors que c’est tout le contraire. Ce n’est pas nouveau, c’est comme ça depuis toujours, sauf que ce qui est nouveau, c’est que les gens en parlent maintenant. Les plus jeunes ne tolèrent pas les climats de travail que nos parents et grands-parents toléraient avant. »

Divisé en différentes parties, le livre amène à comprendre, d’abord et avant tout, ce qu’est un « coach », comment devenir un bon leader et comment l’incarner au quotidien. Le tout est ponctué d’exemples et de réflexions, puis une « pause-café » au milieu du livre ajoute une touche de légèreté et permet aux deux auteurs de partager de savoureuses anecdotes.

Même si Bâtir une équipe gagnante vient à peine d’arriver sur les tablettes des librairies, il est déjà dans les plans d’en faire une traduction pour le marché anglophone, a annoncé Guy Bourgeois. Une possible tournée de conférences en lien avec le livre pourrait également suivre à moyen terme selon les engagements respectifs du duo.

Maxime Prévost-Durand

image