22 février 2022
Des fermes luttent contre les changements climatiques
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

Trente-sept fermes québécoises prennent part à un projet pilote sur la lutte contre les changements climatiques, dont la Ferme Beau-Porc de Saint-Valérien-de-Milton et la Ferme Rojoie de Saint-Barnabé-Sud. Photo Pierre Lacroix

Le Conseil pour le développement de l’agriculture du Québec (CDAQ), porteur du projet Agriclimat, des fermes adaptées pour le futur, a annoncé la mise en place d’un réseau de fermes pilotes engagées dans la lutte contre les changements climatiques, dont deux sont situées sur le territoire de la MRC des Maskoutains.

Dans le cadre du projet, ces fermes collaboreront étroitement à l’élaboration d’une nouvelle démarche pour déterminer les actions les plus appropriées pour chaque entreprise, une démarche qui sera, au terme des trois ans du projet, disponible à tous les producteurs et conseillers agricoles du Québec. Au nombre de 37, ces fermes et leurs conseillers travailleront de concert sur les trois piliers de la lutte contre les changements climatiques : l’adaptation de l’entreprise au climat futur, la diminution des émissions de gaz à effet de serre (GES) et l’augmentation de la séquestration du carbone.

La Fédération de l’UPA Montérégie, en collaboration avec Agri Conseils Maska, a participé activement au recrutement des huit fermes pilotes de la Montérégie :

• Ferme Rojoie à Saint-Barnabé-Sud, production avicole;

• Ferme Beau-Porc à Saint-Valérien-de-Milton, production porcine;

• Les maraîchers P.A. Cousineau et Fils à Sainte-Clothide-de-Chateauguay, production maraîchère;

• Delfland à Saint-Cyprien-de-Napierville, production maraîchère;

• Ferme Rensonnet à Upton, production laitière;

• Ferme Duhamel-Lapierre à Saint-Nazaire-d’Acton, grandes cultures;

• Ferme de Sainte-Victoire à Sainte-Victoire-de-Sorel, veaux de grain;

• L.et S. Poussard à Saint-Blaise-sur-Richelieu, grandes cultures.

« Ici en Montérégie, nous croyons qu’il est important de contribuer à la lutte contre les changements climatiques et de pouvoir identifier concrètement les actions les plus prometteuses pour l’agriculture de notre secteur. En s’alliant aux clubs-conseils en agroenvironnement, nous bénéficierons de l’expertise d’un vaste réseau, qui représente la diversité des entreprises agricoles québécoises », a souligné Jérémie Letellier, président de la Fédération de l’UPA de la Montérégie.

Les fermes pilotes se familiariseront avec les changements climatiques projetés dans leur localité et les risques potentiels pour leur entreprise. Elles prendront connaissance de leur bilan d’émissions de GES et des postes d’émissions sur lesquels il est possible d’agir. Elles constateront la dynamique du carbone dans leurs sols et arbres et seront en mesure de déterminer des pratiques qui permettraient d’optimiser ce levier de lutte dans leur entreprise. Ces trois volets d’analyse leur permettront de mettre en place ou de poursuivre des actions afin de lutter contre les changements climatiques à l’échelle de leur entreprise.

Pour connaître toutes les fermes pilotes ou pour en savoir plus sur le projet, consultez le site Internet agriclimat.ca.

image