16 avril 2019
Hybrides
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

Dans l’exposition Hybrides, jusqu’au 28 avril, à la Bibliothèque T.-A.-St-Germain, Sarah Gobeil propose des portraits percutants qui témoignent des artifices qui poussent l’homme vers la standardisation. Armée de son appareil photo, elle a exploré les lieux de recyclage de carcasses d’automobiles de la grande région estrienne afin d’y dénicher des images de machineries anciennes et de véhicules abandonnés à travers lesquels la nature a repris ses droits. L’artiste photographe s’inspire de créatures futuristes pour donner naissance à ses personnages parés de boulons ou de pièces mécaniques hétéroclites. La physionomie du visage est scrupuleusement étudiée et mise en valeur par Gobeil. Les assemblages proposés dans ce présent corpus imposent un moment de réflexion, voire d’introspection.

image