21 décembre 2021
Capsule parents
La magie de Noël
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

C’est le mois de décembre, et la nouvelle année arrive déjà. Après deux années de pandémie où j’ai été frileux à l’idée d’être réuni avec le reste des membres de ma famille, j’ai tout de même hâte à Noël, aux cadeaux, au congé de l’école, aux festivités qui viennent pendant ce moment où tout s’arrête.

On parle beaucoup de la magie de Noël dans les films, surtout pour les enfants. Mais qu’en est-il pour les adolescents? Est-ce qu’on est trop grands pour croire encore au père Noël, aux rennes qui volent, aux cadeaux qui apparaissent?

En fait, oui et non. La magie de Noël existe encore, mais elle se transforme. Pour moi, elle se traduit pendant cette brève pause dont je parlais, où tout le monde se réunit et peut enfin souffler un peu. Tout au long de l’année, mes parents sont au travail. Avec le peu de temps dont ils disposent, on a à peine le temps de nous parler ou de faire des activités ensemble. Et ce n’est pas qu’eux qui manquent de temps.

Je ne suis peut-être pas encore aux études supérieures, mais je manque aussi de temps à consacrer en général à ma famille. Je me lève le matin pour aller en vitesse à l’école, pour revenir ensuite avec un sac bourré de devoirs. J’ai constamment l’impression que je manque de temps pour tout : j’ai peur d’échouer, de ne pas en faire assez. Et avec la pandémie, ça n’aide pas : c’est un stress de plus.

Et c’est là, la magie de Noël. Deux semaines, ce n’est peut-être pas beaucoup dans l’échelle d’une année, ou peut-être même pour mes parents, mais pour moi, c’est immense! Les examens sont enfin terminés, je peux respirer et voir qui je veux dans la limite du possible. Je peux passer du temps de qualité avec mes amis, mais aussi avec ma famille.

On trouve le sapin en famille, et on fait choisir aux plus jeunes une pomme de pin pour leur faire croire qu’elle a grandi en une nuit. On leur fait écrire une lettre au père Noël. On met des décorations qui prennent des heures à installer. Et pour finir, quand on allume le tout, nos efforts sont récompensés par le spectacle de lumières qui étincelle devant nous.

La magie de Noël, c’est de passer le temps des fêtes avec ceux qu’on aime. D’avoir un petit moment, un cocon, pour leur montrer à quel point ils comptent à nos yeux. De regarder des vieux épisodes d’Astérix et Maman j’ai raté l’avion en boucle. On va porter des biscuits au pain d’épices aux grands-parents. On fait un FaceTime avec les membres de la famille qu’on ne peut pas encore voir pour leur faire savoir qu’on pense à eux.

C’est la gratitude de recevoir et la satisfaction de donner, parfois sans recevoir en retour. C’est la gratitude que quelqu’un ait une pensée pour nous, ne serait-ce que pendant quelques minutes, surtout quand on ne sait pas si on pourra les voir l’année prochaine.

Mais la magie de Noël, c’est aussi de la vivre à travers les plus jeunes. Je ne crois peut-être plus au père Noël, mais ça me fait toujours quelque chose d’aller au centre d’achats et de voir les enfants dans la file pour aller lui dire leur liste de cadeaux. Ils parlent avec plein d’étoiles dans les yeux, et ça me fait sourire comme le tchou-tchou du train vert qui se promène devant les magasins.

Le meilleur, je crois, c’est quand ils reçoivent leur cadeau qui vient spécifiquement du père Noël. Et quand on se colle au chaud, sur le sofa, à lire des histoires de Noël avec une bonne tasse de chocolat chaud faite par papa.

Une autre chose pour laquelle je suis reconnaissant, ce sont les vacances. J’en ai déjà parlé, mais je n’ai pas encore abordé les soirées qu’on fait entre amis pour profiter du congé! Le temps des fêtes, c’est une période où les adultes – du moins, la plupart – se permettent de changer les règles pour nous laisser un peu plus de liberté. C’est un peu aussi un cadeau de Noël pour moi. Et c’est l’une des seules périodes de l’année où je peux jouer en ligne avec mes amis ou lire ou dessiner jusqu’à l’heure que je veux!

Et je crois qu’un des trucs marrants, c’est de le faire parfois avec mes parents puisqu’ils sont en congé. On peut s’installer et regarder des films jusqu’à deux heures du matin sans craindre l’école le lendemain ou faire des soirées de jeux de société jusqu’à minuit. Et quand les plus jeunes vont se coucher, on leur dit que c’est une sorte de tradition qu’ils pourront faire lorsqu’ils seront plus vieux.

Voilà pourquoi j’aime le temps des fêtes. Pour deux semaines, c’est un moment pour retrouver les gens qu’on aime, pour prendre une pause de l’école et profiter des festivités. Ça fait du bien de relaxer et ne plus penser à ses problèmes pendant une courte période. Même si je ne sais pas encore ce que la future année nous réserve, je sais que j’ai ma famille, mes amis et ma maison, et que c’est ce qui compte pour moi.

Pour moi, ultimement, c’est ça, la magie de Noël.

 

Annick Corbeil,
Maison des Jeunes des Quatre-Vents

image