26 avril 2022
Marché immobilier maskoutain
Net avantage aux vendeurs
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

De janvier à mars 2022, le nombre d’inscriptions de propriétés en vente a diminué de 24 % comparativement à la même période l’année dernière. Photothèque | Le Courrier ©

Le marché immobilier demeure marqué par une diminution du nombre de propriétés mises en vente et la hausse des prix dans la région de Saint-Hyacinthe.

L’Association des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) a publié les statistiques du premier trimestre de 2022 à partir de la base de données Centris. Elle constate un ralentissement généralisé à travers le Québec qui se reflète également dans la région de Saint-Hyacinthe où les ventes résidentielles ont diminué de 13 %. Les conditions continuent d’être favorables aux vendeurs et à la hausse des prix pour toutes les catégories résidentielles.

Le prix médian des maisons unifamiliales a atteint 420 000 $ à Saint-Hyacinthe, soit une augmentation de 24 % par rapport à la même période l’année dernière. Ce sont les plex qui ont connu la plus grande augmentation du prix médian avec une augmentation de 43 % pour atteindre 456 000 $. Le prix médian des condos a atteint 280 000 $, soit une hausse de 27 %.

Le directeur du Service de l’analyse du marché à l’APCIQ, Charles Brant, reconnaît que la hausse des prix devient difficilement soutenable. Pour l’ensemble du Québec, la hausse du prix des résidences a atteint 21 % au premier trimestre 2022.

« Les ménages et surtout les investisseurs seront bientôt confrontés aux vents contraires d’une hausse sensible des taux d’intérêt au cours des prochains mois, justifiée par un contexte inflationniste bien ancré qui gruge de plus en plus le pouvoir d’achat et la confiance des ménages ou encore le rendement des investisseurs », ajoute-t-il.

La rareté des propriétés mises en vente continue de s’accentuer. De janvier à mars 2022, 188 propriétés ont été vendues à Saint-Hyacinthe. Il s’agit d’une baisse de 13 % par rapport à la même période l’année dernière. Le total des inscriptions connaît aussi une baisse, soit de 24 %. À Saint-Hyacinthe, on a observé 77 inscriptions.

Dans la région, les immeubles à logements ont subi la plus grande diminution des ventes. Avec 30 ventes, ce type d’immeuble a connu une baisse de 33 %. Centris a enregistré 122 ventes de maisons unifamiliales représentant une diminution de 10 % comparativement à l’année précédente. Pendant cette période, 39 maisons unifamiliales ont été inscrites. Le nombre de ventes des condos est demeuré stable avec une baisse de 3 % et 35 ventes.

Même si les activités dans le marché immobilier ralentissent, l’APCIQ tient à rappeler que le nombre de transactions demeure plus élevé que la moyenne des premiers trimestres avant la pandémie. Les activités transactionnelles ont été « exceptionnelles » au cours des deux dernières années.

Sarah-Eve Charland

image