22 novembre 2022
Patinoire à Saint-Pie : le toit attendra
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

Le projet du toit sur la patinoire multifonctionnelle située au terrain des Loisirs de Saint-Pie ne verra pas le jour cette année. Photothèque | Le Courrier ©

Le conseil municipal de Saint-Pie n’a d’autre choix que de mettre sur la glace la construction d’un toit sur la patinoire extérieure des Loisirs. La seule soumission reçue dépasse de loin la cible budgétaire qui avait été fixée.

Un seul soumissionnaire a répondu à l’appel d’offres lancé par la Municipalité au printemps dernier. Il s’agit de Construction Richelieu de Saint-Jean-sur-Richelieu, avec une soumission de 6 à 6,5 M$, selon l’option de revêtement choisie. Or, c’est un montant total de 1,7 M$ qui avait été budgété par la Municipalité, soit trois fois moins que l’offre déposée. Cette dernière a été rejetée sans hésitation.« On se doutait bien que le montant allait dépasser les 1,7 M$ qu’on avait prévus au départ, mais de là à atteindre les 6 M$, on ne s’attendait pas à ça, jamais! », a confié le maire de Saint-Pie, Mario St-Pierre, en entrevue au journal.

Il dit avoir passé en revue quelques projets similaires qui ont été annoncés ou qui ont vu le jour au Québec ces derniers mois, mais il s’explique toujours mal un écart aussi considérable.

À l’automne 2021, la Municipalité de Mont-Tremblant estimait son projet de recouvrement de la patinoire Daniel-Lauzon à 1,75 M$. Le contrat avait finalement été octroyé pour 1,6 M$. Mais en raison de la hausse des coûts des matériaux qui a frappé de plein fouet l’industrie de la construction depuis la pandémie, le conseil municipal de l’endroit a accepté de verser une somme supplémentaire de 82 000 $ pour compenser l’augmentation du coût du bois d’œuvre.

Du côté de la Municipalité de Saint-Gabriel-de-Valcartier, elle a dépensé une somme de 2 M$ l’an dernier pour recouvrir sa patinoire extérieure par l’entremise du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS). Tirée du même programme, l’aide financière obtenue par Saint-Pie pour son propre projet s’élève à 1 088 227 $.

« C’est vraiment une question de coût des matériaux, mais quand on compare avec les autres projets, il y a quand même quelque chose qui ne fonctionne pas. Il y a sûrement moyen de faire autrement. Je suis convaincu que c’est en raison des carnets de commandes qui sont pleins, sans parler de la pénurie de main-d’œuvre qui frappe l’industrie de la construction », estime le maire de Saint-Pie.

Le projet de toit multifonctionnel avait été pensé pour régler deux problématiques, soit l’impact de la température sur la qualité de la glace durant l’hiver et le manque de locaux pour les jeunes inscrits aux camps de jours estivaux.

« Avec la température qu’on connaît au Québec, les glaces extérieures durent de moins en moins longtemps. Avec ce projet, on aurait été en mesure d’ouvrir la patinoire dès le début du mois de décembre et de prolonger la saison jusqu’au printemps », ajoute M. St-Pierre.

Une alternative serait présentement à l’étude, dit-il, mais rien qui permette de croire qu’il y aura un toit permanent sur la patinoire des Loisirs de Saint-Pie l’hiver prochain.

Jérémy Bezeau

image