29 décembre 2018
Quel genre d’acheteur êtes-vous?
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

Pas toujours facile de traiter avec un vendeur. Cela dit, mettez-vous quelques instants dans ses souliers : lui aussi relève un défi en tentant de voir à quel type dacheteur il doit faire face! Voici quatre profils de clients typiques.

1. L’indifférent

Il na besoin de rien. Il ne réagit pas aux questions quon lui pose. Peu expansif, il se contente de signifier quil est satisfait de la situation actuelle. Dans une conversation, cest son interlocuteur qui se doit d’être proactif. Parfois, certaines questions déclenchent louverture du dialogue; lindifférence n’était alors quune stratégie de défense.

2. Le vindicatif

Ce type dacheteur est perçu comme une « terreur » pour tous les vendeurs. Laccueil est glacial. En guise de dialogue, ce sont des reproches qui fusent et danciens griefs qui ressurgissent. Souvent, ce comportement est celui dun ancien client qui a mis à exécution ses menaces de passer à la concurrence. Il est très sûr de lui et de son choix et connaît le produit mieux que le vendeur. Ce type dinterlocuteur a un compte à régler. Pour un vendeur, la meilleure manière dagir est de l’écouter et de le laisser vider son sac. Le vendeur qui sait résister aux agressions de lacheteur réticent se distingue déjà en parvenant à établir un dialogue.

3. L’hésitant

C’est le « chouchou » inconscient des vendeurs automobiles. Le dialogue est aisé. Tous les sujets sont évoqués : lentreprise, les besoins éventuels, etc. Le climat relationnel est chaleureux, convivial. Lenthousiasme du vendeur est à son comble et ce genre de rendez-vous se termine toujours par un très encourageant « faites-nous une proposition, on ne sait jamais… ». Ce type dacheteur peut procurer beaucoup d’espérance mais, en réalité, il fait perdre beaucoup de temps. Chaque fois que le vendeur relance ses propositions, il se fait répondre quil ny a rien de nouveau. Les décisions sont toujours longues à venir et peuvent « user » la patience du vendeur automobile.

4. L’acheteur ouvert

On pourrait aussi lappeler lacheteur inspiré, jovialiste, bref, le client parfait! La conversation commence par une franche poignée de main; ce client est ouvert au dialogue et suit les recommandations du vendeur. Certains diront que ces clients sont un peu « poissons », mais on peut être jovialiste et connaître la différence entre une bonne et une mauvaise affaire. Cela dit, cest souvent avec ce genre de client que lon peut conclure une vente dès la première visite.

Existe-t-il un acheteur idéal? La réponse est non. Un bon client, comme un bon vendeur, doit être capable de sadapter à la situation et être à l’écoute. Un judicieux mélange d’hostilité et douverture est approprié pour certaines situations, alors que l’hésitation a aussi du bon lorsque loffre ne semble pas coller à nos priorités. Enfin, lindifférence sutilise comme au poker, où il ne faut jamais dévoiler son jeu. Tout est une question de dosage; le mélange des bons ingrédients est la recette du succès lorsque vous êtes dans la peau du consommateur.

image