22 novembre 2022
Rugby féminin : des championnes maskoutaines
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

À sa deuxième saison d’existence seulement, l’équipe de rugby féminin des Lauréats a mis la main sur son premier titre. Photothèque | Le Courrier ©

L’équipe de rugby féminin à 12 des Lauréats du Cégep de Saint-Hyacinthe a remporté, le 30 octobre, le premier titre de sa jeune histoire. En finale régionale de la conférence Nord-Est, disputée en sol maskoutain, elle a signé une victoire de 36 à 32 contre les Élans du Cégep Garneau, mettant fin du même coup à un règne de sept ans du club de Québec.

Une première demie presque parfaite a mené à ce triomphe des Lauréats. La formation maskoutaine avait une avance de 31 à 10 à la mi-temps. Les joueuses des Élans sont revenues de l’arrière en deuxième demie avec une poussée de 22 points, mais les Lauréats ont tenu le fort, malgré une baisse d’énergie, et ont réussi à garder leur avance jusqu’à la toute fin pour mettre la main sur la bannière remise à l’équipe championne.

La vétérane Marianne Boucher Abelson a connu un fort match du côté des Lauréats avec trois essais réussis et trois transformations. Camille Arvin-Bérod a ajouté deux essais, puis Laurie Bourque avait ouvert le pointage avec le premier essai de cette finale.

Les Élans ont laissé de précieux points – six au total – sur le terrain alors qu’elles ont raté trois de leurs cinq transformations. Elles ont complété le pointage avec un botté de trois points.

Garneau est passé bien près de compléter la remontée et de prendre les devants pour la première fois du match dans les dernières minutes de jeu, mais la défensive de Saint-Hyacinthe a été intraitable à la porte des buts.

« Ça a été chaud. On a débuté avec beaucoup d’énergie et de force, mais on a eu un petit relâchement par la suite, comme on le voit souvent au rugby. On a été patientes et on est restées calmes en défensive pour reprendre le ballon. Depuis le début de la saison, on a une mentalité de force et d’agressivité et ça s’est remarqué aujourd’hui. Je suis vraiment fière de nous », a commenté la Dionysienne Camille Arvin-Bérod en entrevue après la victoire.

Il s’agit d’un véritable tour de force de la part des Lauréats de s’imposer de la sorte contre un programme aussi bien établi que celui des Élans, et ce, à leur deuxième saison d’existence seulement. « C’était un gros défi, a souligné l’entraîneur associé des Lauréats, Maxime Perreault-Brière. L’an dernier, on avait perdu en demi-finale. Cette année, notre objectif était de nous rendre en finale. Avant le match, le mot d’ordre était d’avoir du plaisir. La signification de battre Garneau dans des circonstances comme ça, où on a connu une grosse première demie et qu’on a dû contenir leur remontée, c’est juste magique. »

« Les filles étaient très concentrées pour lancer le match. Il y a avait une belle énergie, a ajouté l’entraîneur-chef, Nicolas Dubé-Mercier. Nos joueuses sont très soudées. Elles étaient prêtes à faire face à ce défi. Il y a eu un relâchement en milieu de match, mais elles ont terminé la rencontre comme il le fallait. »

Cette consécration est venue conclure une saison de rêve de la part des Lauréats. L’équipe a terminé au 2e rang de la ligue de rugby à 12 au sein de la conférence Nord-Est avec une fiche de quatre victoires et un revers en saison régulière. Elle a présenté la meilleure attaque et la meilleure défensive du circuit.

Maxime Prévost-Durand

image