5 mars 2019
Initiatives et réalisations maskoutaines
Une voix, un piano au profit de la Maison l’Alcôve
Par: Le Clairon de Saint-Hyacinthe et région

Guy Duhaime et Jocelyne Beaudoin s’uniront sur la scène du Cabaret André.-H.-Gagnon dans le cadre du spectacle-bénéfice Une voix, un piano, présenté le 9 avril au profit de la Fondation de la Maison l’Alcôve. Photothèque | Le Courrier ©

Jocelyne Beaudoin sera la voix, Guy Duhaime sera le piano. Ensemble, ils s’uniront sur la scène du Cabaret André.-H.-Gagnon du Centre des arts Juliette-Lassonde le mardi 9 avril afin de présenter un concert intimiste intitulé Une voix, un piano au profit de la Fondation de la Maison l’Alcôve, qui vient en aide aux personnes souffrant de dépendance à l’alcool, aux drogues, au jeu ou encore de cyberdépendance.

Dans le cadre de cette soirée musicale, le duo se promènera entre les classiques de la chanson française, certains succès des crooners américains et leurs propres coups de cœur.

« Il y a plusieurs chansons que l’on amène ailleurs. C’est une des forces de Guy. Les gens vont redécouvrir ces chansons qu’ils connaissent déjà », soutient Jocelyne Beaudoin.

« J’ai toujours aimé sortir des sentiers battus, dans toutes les sphères de ma vie, ajoute Guy Duhaime. Pour ce spectacle, je ne voulais pas seulement interpréter ces chansons. J’essaie de leur amener une couleur différente et de les mettre un peu à ma main. »

L’homme d’affaires bien connu du milieu maskoutain, pianiste à ses heures, et la chanteuse s’étaient rencontrés il y a plus de trois ans, alors que M. Duhaime jouait des morceaux de jazz avec d’autres musiciens à son restaurant Chez Pépé. Mme Beaudoin, qui connaissait l’un des musiciens, les avait rejoints pour chanter deux chansons. Ce n’est que deux ans plus tard que les deux se sont recroisés et que l’idée de faire un spectacle-bénéfice pour la Fondation de la Maison l’Alcôve a été lancée.

Il faut dire que Jocelyne Beaudoin a travaillé pendant un peu plus d’un an à l’accueil de la Maison l’Alcôve, devenant un témoin privilégié du bienfait qu’a cette ressource sur les personnes qui viennent y chercher de l’aide.

« J’ai vu l’évolution des gens, l’étincelle dans leurs yeux. Je sais qu’avec cette soirée, on pourra aider beaucoup de personnes, souligne-t-elle. Quand les gens arrivent à la Maison l’Alcôve, ils sont au bord du gouffre, ils ont besoin d’aide. Puisqu’ils consomment, les gens arrivent là et n’ont souvent plus de sous. Pour eux, la Fondation fait toute la différence. »

Du côté de la Maison l’Alcôve, on se réjouit de l’initiative du duo. « Ce sont eux qui nous ont offert de faire ce spectacle, affirme la directrice générale Manon Desrosiers. Nous sommes un organisme qui a toujours besoin de fonds, encore plus cette année avec l’arrivée d’un nouveau service pour la cyberdépendance pour lequel nous n’avons pas de subvention. »

Même s’ils se connaissaient peu, Guy Duhaime et Jocelyne Beaudoin ont développé une belle chimie au cours des derniers mois, laquelle sera assurément perceptible sur scène. « J’aime beaucoup son timbre de voix et sa sensibilité dans son interprétation. Il y a certaines chansons à texte où on a besoin de sentir l’émotion et elle est là », affirme le pianiste.

Le coût des billets pour le spectacle Une voix, un piano est de 55 $. « C’est peut-être cher, mais avec le reçu d’impôt de 50 $ qui est émis, ça revient à environ 30 $ net et c’est pour aider une cause noble qu’est la Fondation de la Maison l’Alcôve », précise M. Duhaime, faisant ressortir son côté financier. Le montant amassé pour chaque billet vendu ira directement à la Fondation.

image