Actualité

18e Nuit des sans-abri
Une nuit blanche le 19 octobre

16 octobre 2018

Une partie du comité organisateur de la Nuit des sans-abri maskoutaine.

Pour une 18e année, la population maskoutaine est invitée à participer à la Nuit des sans-abri, la vigile de solidarité organisée au parc Casimir-Dessaulles pour se sensibiliser aux enjeux de l’itinérance. La programmation propose différentes activités le 19 octobre dès 16 h 30 jusqu’à 6 h le lendemain matin.

Présentée sur le thème « Personne n’est à l’abri », cette soirée doit débuter avec un souper offert par le traiteur Un cuisinier pour vous, accompagné de la musique de Thierry Coton et du Duo M. Vers 19 h 30, il sera possible de découvrir les prix « coup de cœur » et « coup de masse ».

Deux prestations de la troupe Les Feux de la Mascarade sont prévues, à 19 h 50 et à 22 h 10, dont la dernière sera suivie d’un spectacle d’humour de Christian Vanasse, qui a d’ailleurs été porte-parole national de l’activité pendant des années.

Une soupe de la solidarité sera servie à minuit et le traditionnel déjeuner des braves, réservé pour ceux qui auront passé toute la nuit au parc, est proposé pour la première fois au restaurant Le Saphir. Quant au volet musical de la soirée, il sera possible d’entendre Kids of Rock (19 h), Dead Blues Carnival (21 h 30), Dan Bonin (23 h 10) et Myrofranik (23 h 30).

NOUVELLE FORMULE

Cette année, une nouvelle formule est proposée pour « dénoncer des réalités sociales liées à l’itinérance », explique Réjean Sauvé, membre du comité organisateur de l’événement.

« Des capsules d’information sous forme d’improvisation dirigée seront présentées grâce à l’implication de membres de la Maison alternative de développement humain, des intervenants du milieu, des bénévoles et des improvisateurs d’expérience et de renommée, dont Christian Vanasse et Geneviève Fortier qui seront les coachs des deux équipes de l’événement. »

La Nuit des sans-abri sera aussi l’occasion pour les organisateurs de questionner la députée Soucy, fraîchement réélue le 1er octobre, sur les mesures que compte prendre son parti par rapport à l’itinérance, un problème toujours présent au Québec et à Saint-Hyacinthe.

Chaque année, environ 1 000 participants répondent à l’appel de la Nuit des sans-abri à Saint-Hyacinthe, un chiffre attisant la fierté des organisateurs. On n’en attend pas moins le vendredi 19 octobre, à compter de 16 h 30. L’activité est gratuite.

Initiatives et réalisations maskoutaines

16 octobre 2018

Pour son premier projet depuis qu’il a été embauché chez Ubisoft, Philippe Fontaine, de Saint-Liboire, a fait partie de l’équipe derrière le nouveau jeu Assassin’s Creed Odyssey. Photo courtoisie Ubisoft Québec

Un Liboirois contribue au nouveau Assassin’s Creed

Le nouveau jeu de la série Assassin’s Creed aura une touche maskoutaine. Le Liboirois Philippe Fontaine, artiste de niveau chez Ubisoft Québec, a contribué à la conception d’Odyssey, le huitième volet de la saga sorti le 5 octobre.

Âgé d’à peine 23 ans, Philippe travaille depuis plus de deux ans à l’élaboration de l’univers de ce nouveau jeu, dont l’histoire se déroule en Grèce antique. Son rôle, parmi les quelque 400 personnes impliquées dans la conception, était principalement d’aller placer les éléments de décor dans l’environnement du jeu.

Odyssey représente la plus grande superficie jouable parmi tous les volets d’Assassin’s Creed, offrant un terrain de jeu immense à l’équipe d’artistes de niveau, constituée d’une vingtaine de personnes, dont Philippe. Chaque membre de l’équipe est passé à tour de rôle à travers les différentes régions du jeu pour assurer une meilleure homogénéité, avant de se consacrer aux détails plus spécifiques.

« Au début, on place tout ce qui est maisons, murailles et temples, puis plus on avance dans le processus, plus on entre dans les détails comme les barrières et les petits objets », explique le Liboirois.

Celui-ci s’est notamment attardé à la zone entourant l’un des monuments les plus marquants de la Grèce antique, le Parthénon. « Tout au long du processus, on est resté en contact avec une historienne pour être le plus fidèle à cette époque, indique Philippe. On avait beaucoup de contraintes, surtout pour les lieux historiques. Dans les zones résidentielles, on avait plus de liberté parce qu’on avait peu d’infos sur comment c’était à l’époque. »

UNE FIERTÉ ET UN ACCOMPLISSEMENT

Lorsque le premier jeu Assassin’s Creed est paru, en 2007, Philippe Fontaine était un adolescent de 12 ans, déjà fort intéressé par les jeux vidéo. Un peu plus d’une dizaine d’années plus tard, il tire une grande fierté d’avoir contribué à cette série phare d’Ubisoft.

« Ce qui me rend le plus fier, c’est d’avoir pu mettre mon nom dans cette série que j’aime beaucoup, lance-t-il, fébrile à l’idée que le jeu se trouve enfin dans les mains du public. J’ai hâte de voir la réaction de mes amis et des gens. »

Tout est allé très vite pour le jeune homme, qui a étudié en animation 3D et synthèse d’images au Cégep de Limoilou. « Trois semaines après la fin du Cégep, je commençais à travailler chez Ubisoft Québec », affirme-t-il. Dès son arrivée dans cette grosse boîte, il a intégré l’équipe qui travaillait sur ce nouveau Assassin’s Creed.

Odyssey est de loin le jeu le plus ambitieux de la série, estime Ubisoft Québec. Il aura fallu près de trois ans de la préconception d’Odyssey jusqu’à sa sortie demain et le travail n’est pas terminé puisqu’un plan de support est prévu même après sa parution afin de le garder vivant.

Autre particularité du jeu, il est possible pour la première fois de choisir entre deux héros, soit un personnage féminin nommé Kassandra ou encore un personnage masculin nommé Alexios. Les choix du joueur affecteront également le déroulement de l’histoire et le destin des autres personnages.

Assassin’s Creed Odyssey est disponible sur les consoles XBOX One et PS4 ainsi que sur PC.